BRIARE LE PONT CANAL ET L ÉCLUSE DES MANTELOT 

 Le pont canal construit, de 1890 à 1897 par Eiffel pour la partie maçonnerie. Le tablier métallique lui, est l'œuvre de Dayde et Pille sous la direction de l'ingénieur Mazoyer.

Il permet la traversée de la Loire sur un pont.                     

                      

                     photo ligerien.christian

                                                                                           RETOUR LA LOIRE DU NIVERNAIS AU GIENNOIS  

LE PONT CANAL

Jusqu'à sa construction aucune communication directe n’existait entre le canal latéral à la Loire et le canal de Briare qui suit la rive droite. Tous les bateaux arrivant à Chatillon sur Loire, étaient forcés de traverser le fleuve pour gagner le canal de Briare en empruntant l écluse des Mantelot . Manœuvre toujours périlleuse surtout lorsque la Loire était en crue. L’inspecteur général Mazoyer fut chargé de l’étude d’un projet de pont. Dès l’étude terminée les travaux commencèrent aussitôt. La structure maçonnée fut confiée à l’entreprise Eiffel dont le patron est universellement connu depuis la création de sa tour à Paris. L’ossature métallique fut fabriquée par les Ets Mont St Martin à Longwy. La longueur totale du pont canal est de 662 mètres. Il émerge à 8 mètres de hauteur au dessus du niveau de l’étiage. Son lit mesure 6 mètres de large, le tirant d’eau est de 2,20 mètres. L’ensemble repose sur quinze piliers en pierres de tailles espacés chacun de 40 mètres d’axe en axe. Mais la principale curiosité de ce pont réside dans le fait que pour la première fois on utilisa de l’acier en tôle incurvée pour former le lit du canal. Pour assurer son étanchéité on riveta toutes les parties métalliques à la riveteuse hydraulique. Le gros œuvre était pratiquement terminé au mois de mai 1894, 115000 m3 de terre avait été remué, 117824 m3 de béton furent employé, ainsi que 4304 tonnes de fer et d’acier furent utilisées. Le premier bateau l’emprunta le 16 septembre 1896 à 8 heures du matin.

 

                                                                 cliquez ici pour voir  L ÉCLUSE DES MANTELOT

 

LE CANAL DE BRIARE EXISTAIT BIEN AVANT

 En 1604 Hugues Crosnier architecte et ingénieur, se lance dans une aventure qui va durer près de quarante ans.

Le souci constant d’améliorer la navigation, et de passer de Loire en Seine pour approvisionner Paris fait germer des idées nouvelles. Un projet de canal est mis en œuvre de Briare à Montargis à travers la Puisaye et le Gâtinais.

Favorisé par les techniques nouvelles,  l’ingénieur Crosnier reprend deux idées déjà anciennes pour les améliorer et les appliquer. Il s’agit d’une part de « l’écluse à sas à deux paires de portes busquées », dessinée par Léonard de Vinci mais n’ayant jamais eu de suite sur le terrain. Cet appareil hydraulique nouveau permettant la translation montante et descendante du bateau, outil essentiel à la navigation artificielle. Et, d’autre part le « bief de partage » un procédé d’Adam de Craponne, qui accumule les eaux dormantes ainsi que celles des petits ruisseaux environnants pour les diriger vers une  section de canal située à la ligne de partage, et qui alimente les deux versants.

L’ouvrage le plus remarquable est l’échelle d’écluses que l’on retrouve à Rogny, sept ouvrages  successifs. En 1610, la mort du roi Henri IV ainsi que des coûts de réalisations plus importants que prévus, vont interrompre le chantier plus de vingt-cinq ans. L’ingénieur Crosnier décède également, il ne verra pas l’achèvement de ses travaux.

Il restait douze kilomètres à construire, « la compagnie des seigneurs de Loire en Seine » se crée alors, elle reprend les titres de propriété des ouvrages, achève le canal et va l’exploiter en 1638. L’instauration d’un droit de péage, attire les capitaux des gros investisseurs et assure la pérennité de l’exploitation. Le commerce des villes importantes situées sur la Loire se développe, il faut trois à quatre jours de Briare pour rejoindre Paris.

Le canal remonte la vallée de la Trezée (pour plus de détail voir les cotes exactes) et redescend la vallée du Loing jusqu'à Buges, là, il s’unit au canal d’Orléans pour former le canal du Loing qui rejoint la Seine à Moret.

                     RETOUR MENU