LES MAUGES

                              

 Maison traditionnelle des Mauges proche de Liré pays de Joachim du Bellay.

                         RETOUR MENU                                   

Les limites actuelles des Mauges, recoupent celles de l’arrondissement de Cholet. En superficie, elles occupent un quart du département du Maine et Loire. Situées entre Loire et Bocage les Mauges comptent 182 000 habitants (environ) répartis sur plus de 79 communes, dont Cholet avec 55 000 habitants. Autres petites villes : Chemillé, Saint Macaire, Beaupréau.                       

De nombreuse usines dispersées sur tout le territoire du pays des Mauges font parfois qualifier cette région de « ville à la campagne ». Ici élevage, culture, vergers sont d’un point de vue agricole les trois richesses du pays.

Cette province des Mauges, connue également sous les noms de « Vendée Angevine » ou de « Choletais » se démarque du reste du département du Maine et Loire par une forte empreinte de la guerre de Vendée. Un véritable bain de sang. A hauteur de St Florent le Vieil, la Bretagne et l’Anjou se partagent l’île batailleuse et ses grèves de Loire.

La route du vin parcourt le nord des Mauges, tout au long du fleuve de Loire. Cabernet d’Anjou, gros plant, rejoignent peu à peu le muscadet de la région Nantaise. Une rivière, l’Evre traverse également le pays du haut en bas. De Vezins au pied de la colline des gardes, où une grosse pierre en marque la source (un simple Chiron de granite ou pierre des sacrifices, comme le prétendent les érudits locaux) jusqu'à son embouchure à Notre Dame du Marillais, elle parcourt environ cinquante kilomètres à vol d’oiseau. Mais le cours réel de la rivière sinueux à souhait, fait l’école buissonnière et dépasse les quatre vingt quinze kilomètres avant de se jeter en Loire. Sur ses rives on remarque le cirque naturel de Couroussé entre la Chapelle St Florent et St Pierre Montlimart.(site classé des Mauges).

C’est un pays de verdure, de la verdure partout, un pays où l’on croit beaucoup en dieu, et au diable. Les services des guérisseurs rebouteux et autres mageyeux y étaient très appréciés il n’y a pas si longtemps.  Les Mauges semaient alors du gros sel devant la porte des maisons et des étables pour en écarter le malin et les malheurs.  

                    RETOUR MENU

 Ici la trame bocagère évolue constamment, l’agriculture d’abord destructrice replante aujourd’hui les haies détruites par le remembrement. Si le bocage a été mis en cause du fait de son incompatibilité supposée avec les objectifs de production intensive, une nouvelle approche plus moderne se fait ressentir. Elle intègre de nouveaux éléments, et participe à l’amélioration du cadre de vie aussi bien des ruraux que des agriculteurs. La haie, joue en effet plusieurs rôles : Le plus important semble être la régulation du climat, ensuite une régulation hydraulique (pénétration de l’eau), la conservation des sols (lutte contre l’érosion), l’accueil et l’équilibre de la faune sauvage. De plus, les arbres servent de brise-vent ainsi, un frêne de 12 mètres de haut par exemple assure un espace de protection de 240 mètres de l’autre côté de la haie. Nombreux sont les oiseaux qui y vivent : la bergeronnette des ruisseaux, la touterelle des bois, la grive, 

la poule d’eau dans son nid d’iris     CLIQUEZ ICI

le martin-pêcheur, le pinson des arbres qui ravitaille ses jeunes oisillons au nid, l’orchis bouc, le pic vert, sans oublier la hulotte dont les hululements familiers accompagnent les nuits de la forêt. Mais l’oiseau des Mauges c’est le « Courlis de terre », originaire des espaces Méditerranéens, l’oiseau se cantonne dans les grandes plaines (de l’Orléanais au Poitou). On le retrouve dans les vignes, les vergers, et même les pépinières. Réputé farouche, il se laisse pourtant observer, les agriculteurs disent qu’il est tellement attaché au pays qu’il y reste en hiver.

C’est également la région des « ventres jaunes » dans les environs du Fuillet les sites d’extractions de terre argileuse sont nombreux. Aussi les usines de briques, tuiles, et ateliers de poteries se sont développés. Jadis les poteries étaient embarquées sur des gabares de Loire en direction de Nantes et de l’Angleterre. Jusqu'à 1850 chaque potier était aussi cultivateur, de bien piètres paysans disait-on, ils entretenaient la lande, elle était fauchée pour la récolte de la guinche. (la molinie servait à fabriquer les litières et matelas). La constitution de fournilles (fagots d’ajoncs, d’épines et d’arbrisseaux servaient à l’alimentation des fours). Ils possédaient également quelques vaches.

Aujourd’hui les Mauges, cet arrondissement du Maine et Loire reste un pays d’élevage et de culture, mais l’industrie s’y est beaucoup développée et se diversifie comme partout. La chaussure est toujours très présente, la production textile lutte contre la crise, (les fameux mouchoirs rouges de Cholet). Ce sont des industries déjà anciennes et le pays cherche à se tourner vers l’avenir. On innove avec par exemple la culture de plantes médicinales ou aromatiques à Chemillé ou bien avec le développement touristique et culturel longtemps laissé de côté. Des journées d’animation rurale font revivre le passé et découvrir le patrimoine local au travers des portes ouvertes de monuments, d’usines. Des spectacles historiques sont reconstitués.

                         RETOUR MENU