RETOUR MENU

La pêche à l’écrevisse sauvage dans les ruisseaux du secteur. La Haute-Loire constitue un réservoir important pour ce crustacé en régression en France du fait de la pollution et des maladies. 

                                 

 Crustacé d'eau douce, atteignant 10 cm de long, muni de pinces et comestible. (Ordre des décapodes ; longévité 20 ans.)

C’est une pratique particulière, elle n’est autorisée que deux jours par an en principe les 31 juillet et 1er août. L’écrevisse se pêche le matin au lever du soleil, à l’aide de petits filets circulaires appelés balances ou pêchettes. Au centre du filet, on attache un morceau de viande ou de poisson. La balance est mise sur le fond de la rivière, elle est relevée périodiquement en prenant soin toutefois, de laisser le temps nécessaire pour que les écrevisses viennent sur l’amorce. Ce sont des animaux d’eau douce, fréquentant les ruisseaux dans les régions calcaires. Leurs mœurs sont nocturnes ou crépusculaires, dans la journée elles restent cachées dans des trous ou sous des pierres. La maille est de 9 cm, lors d’une prise les petits spécimens sont rejetés à l’eau, il faut tout de même attendre de 5 à 6 ans avant qu’ils atteignent cette taille. 

Voici une recette simple la bisque (ou potage) d’écrevisse : nettoyer le crustacé, et enlever les intestins. Passer les carcasses à la poêle en ajoutant du beurre. Ensuite saler, poivrer, sans oublier un peu de crème fraîche. Les carcasses sont alors conservées, après avoir trempé dans de l’eau de vie, elles seront passées au mixeur et donneront une excellente bisque.

                    RETOUR MENU