CHAMPTOCEAUX

                    

                         LE CUL DU MOULIN   PHOTOS OFFICE DE TOURISME    

ARC EN CIEL SUR LA LOIRE LA PATACHE LA COULÉE DE LA LUCE

A la limite ouest des Mauges, Champtoceaux. Surplombant la vallée de la Loire sur son éperon rocheux haut d’une cinquantaine de mètres, c’est une ancienne place fortifiée avec la promenade du Champalud qui offre au visiteur une vue magnifique sur la Loire. Ce fut ce site exceptionnel que choisit Serge Crampon peintre de la Loire en cette fin de siècle (été 1999) pour présenter ses œuvres.                         

  LA LOIRE VUE DU CHAMPALUD    CLIQUEZ ICI

Intitulée, « les bois flottés avec les couleurs de Loire », cette exposition a rassemblé avec bonheur les bois peints que le fleuve lui offre en les rejetant. Peu à peu l’imagination s’est prise au jeu, vives ou écaillées, criardes ou tendres les couleurs de Loire sont le reflet d’une réalité que l’artiste maîtrise parfaitement. Promeneur du fleuve, il se définit comme quelqu’un qui regarde. Peu à peu c’est la vie que l’on voit apparaître depuis quelques brindilles torsadées emportées au hasard d’un orage sur la lointaine Auvergne, ou bien d’un fragment de barque de pêcheur Orléanais, ou encore d’un morceau d’échelle de crue blésoise.   

                                 RETOUR MENU

D’origine très ancienne la place forte de « Chateauceaux » est connue dès l’époque Gauloise pour son port et son château fort. En 768, Pépin le Bref y séjourne avec la reine Bertrade (Berthe aux grands pieds). En 988, la place doit faire face aux invasions des normands.

Un péage est institué sur la Loire par les seigneurs des lieux. Au XIIIeme siècle l’un d’eux Thibaud Crispin devient un véritable bandit et rançonne les mariniers. On lui attribue le surnom « de pirate de la Loire ». Toujours au XIIIeme siècle la ville est en proie à des luttes incessantes le duc de Bretagne, Pierre Mauclerc devenu maître de la citadelle s’allie aux Anglais, les habitants en tirent un avantage certain ils ne paient plus la gabelle, cet impôt sur le sel si impopulaire sous l’ancien régime. St Louis (Louis IX) vient faire le siège de la ville en 1230 puis en 1234.

Par le jeu des successions « Chateauceaux » devient en 1407 la possession de Penthièvre, fille du Connétable Olivier de Clisson ennemie de Jean V duc de Bretagne. Nous sommes en pleine guerre de Cent ans, en 1420 après un nouveau siège de la ville par les armées Bretonnes Marguerite de Clisson ordonne la reddition. Jean V fait alors démolir le château fort il ordonna « d’araser tout ....jusqu'à pleine terre ». Il ne reste de cette époque que les deux tours d’entrée.

La période révolutionnaire fut une période terrible pour le bourg de Champtoceaux qui y perdra plus de vingt pour cent de sa population. Les hommes de la ville prirent part aux guerres de Vendée  avec Bonchamps puis Stofflet. Lors du passage des colonnes infernales de Turreau le pays fut pillé et incendié en 1794.

                      RETOUR MENU