PÊCHE AU BARBEAU EN BARQUE SUR LE FLEUVE LOIRE

                                              

Dans la région de la Charité-sur-Loire on pêche le barbeau fluviatile. C'est une espèce très caractéristique, au corps fusiforme, hydrodynamique, et portant à la bouche deux paires de barbillons.

                                    RETOUR MENU

Il affectionne les parties moyennes des grands cours d'eau de plaine. La reproduction donne lieu à de grands rassemblements sur les frayères, (jusqu'à 600 géniteurs recensés sur une même frayère). Les mâles en groupe attendent les femelles qui viendront s'apparier avec trois à dix d'entre eux. La reproduction à lieu au printemps dès que la température dépasse 14°C. L'incubation dans le lit de la rivière dure 11 jours à 14°C. Les alevins colonisent les marges, puis en grandissant gagnent le courant. Le barbeau se nourrit d'invertébrés, en période chaude de l'aube au crépuscule en délogeant ses proies dans les radiers. La hauteur d'eau est importante on le trouve dans les mouilles (pas plus de 1,5 mètres d'eau). Il peut également se réfugier soit dans une anfractuosité de la berge, soit sous des bois morts pour se dissimuler d'éventuels prédateurs. Ce n'est pas un grand voyageur, 150 mètres de 5 à 6 fois le lit de la rivière lui est suffisant pour se nourrir. L'hiver, il n'effectue qu'une seule sortie par jour au moment le plus élevé du cycle thermique journalier. Alors à vos cannes à pêches..... Les températures intéressantes pour sa croissance se situent entre 14 et 22°C.

                                RETOUR MENU

Dans ce département de la Nièvre, on pratique encore en Loire la pêche à l’épervier. C’est une pêche sportive qui se pratique dans un endroit choisi, c’est à dire peu profond. Car la condition essentielle à de belles prises c’est de « jeter rond ». Le pêcheur pour jeter l’épervier, (qui est en réalité un filet conique en nylon et coton, souvent réalisé à la main, lesté de plombs, et qui pèse tout de même de 10 à 12 kilogrammes), entre dans l’eau le plus discrètement possible et lance le plus loin, et le plus fort qu’il peut le filet afin qu’il se déploie en formant un rond. C’est la ficelle plombée qui, entraînée vers le fond enferme le poisson dans la nasse. Pour relever, il faut agir lentement pour rassembler les plombs, puis tirer la ficelle de la main gauche pour récupérer le filet et le poisson de la main droite. Avant de lancer, il est conseillé d’appâter afin d’attirer la friture, d’avoir des lunettes de soleil pour éviter les reflets et mieux distinguer le carnassier nageant près de la surface, mais il faut surtout avoir le geste leste. Autre précaution non négligeable, il est préférable de ne pas avoir de boutons, la fermeture éclair est indispensable pour ne pas accrocher le filet et être entraîné avec lui, surtout sur un fond sablonneux.